L’édition de mon premier livre

En décembre 2020, j’ai eu la chance de voir publier mon premier livre aux éditions Beaudelaire. Personnalités est un roman policier, inspiré de faits réels, incluant des documents officiels de décisions de justice. C’est un mélange psychologique, carcéral et judiciaire pour aborder les troubles de la personnalité. Sujet trop peu abordé selon moi, il existe dix troubles différents selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. J’ai essayé de mettre en avant les causes des troubles comportementaux en insistant sur l’importance d’instaurer un cadre aimant et sécurisant dès l’enfance pour favoriser un bon développement inter-personnel. À travers des personnages caractéristiques, j’aborde différents sujets comme le viol, l’inceste, la vie en prison, la perte d’un enfant, l’éducation tyrannique, la maltraitance conjugale, les tentatives de suicide, le mal-être quotidien.

Résumé : Sarah, jeune femme de vingt ans, est enlevée dans le parking d’un centre commercial de Lyon. Commence alors une course contre la montre pour Patrick, responsable de l’enquête et Léna, avocate de la défense. Au fur et à mesure de l’investigation, ils vont découvrir ensemble de terribles secrets de famille. Parviendront-ils à retrouver Sarah vivante ? Au fil des pages, vous entrerez dans les méandres du cerveau humain et des troubles de la personnalité.

Extrait : Ici, l’homme n’est plus qu’un numéro. Son crime lui tient d’identité. Neuf mètres carrés pour survivre, deux mètres carrés d’espace individuel, quelques minutes de promenade par jour dans une cour entourée de grillage sans aucune vue sur le monde extérieur, dévoilant seulement un ciel hostile sans horizon. Une télé, des lettres qui nous maintiennent éveillées mais qui sont ouvertes et lues car la prison ne laisse pas de place à l’intimité. Deux douches par semaine, des latrines communes dont l’odeur et la crasse vous feraient passer votre envie. Le pire, après l’ennui, est la promiscuité, l’absence de portes pour vous cacher et vous couper du monde. L’œilleton sur la porte des cellules qui vous rappelle que vous êtes soumis à une observation permanente, qui vous informe aussi votre statut de dominé, l’obligation de devoir se soumettre à un rythme de vie identique chaque jour. On vous prive de vos choix les plus basiques et les plus élémentaires. Vous ne contrôlez ni l’éclairage, ni vos affaires personnelles, ni votre nourriture, ni vos transferts lorsqu’on vous annonce brutalement que vous devez déménager, emportant avec vous vos maigres affaires personnelles entourées de vos draps, le tout formant un balluchon. La prison n’est pas un purgatoire qui permet à l’homme de rentrer dans le droit chemin. C’est un endroit qui vous brise les os en resserrant chaque jour un peu plus l’étau, en vous privant des bases les plus fondamentales nécessaires au développement de l’esprit et de la conscience humaine. (…) Peut-on ressortir meilleur d’un passage en prison alors que tout est mis en place pour aboutir à une animalisation de l’être humain ? Non. Ce système est fait pour briser et il faut sans cesse lutter pour rester un homme debout.

*************

Il est actuellement disponible sur la Fnac, Amazon, Decitre, et Cultura. Vous pouvez également le commander dans une librairie proche de chez vous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s