Arusha et Morogoro : safari et immersion locale.

Itinéraire :

Jour 1 à 3 : Serengeti national parc & cratère de Ngorongoro

Pour ce safari de trois jours, j’ai choisi de partir avec Edward qui a sa propre entreprise de safari. Tout est pris en charge : le transfert depuis l’aéroport, le trajet, l’entrée des parcs, les repas préparés par un cuisinier qui vous accompagne, le guide etc. Depuis l’aéroport du Kilimandjaro où j’ai atterri, le trajet jusqu’à Serengeti dure environ six heures. Il est aussi possible d’atterrir à Arusha pour visiter les parcs du Nord de la Tanzanie. Les deux premiers jours, nous les avons passés à Serengeti. En raison du Covid, nous étions les deux seules dans la Jeep. La plaine du Serengeti est une savane de 60 000 km² à cheval sur la Tanzanie et le Kenya. Le parc National du Serengeti, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, avec ses 15 000 km², signifie « plaines sans fin », il est connu pour ses migrations annuelles de millions de gnous, zèbres et gazelles Thomson. Nous y avons vu une diversité d’animaux incroyables. Malgré ce côté vaste, on a pu observer les félins comme nulle part ailleurs (guépard, léopard et lion). Nous y avons vu le Big 5 hormis le rhinocéros. Nous avons dormi en tente. La nuit, les hyènes traversaient autour du feu de camp, attirées par les odeurs en cuisine. Les zèbres se sont aussi invités aux festivités. Le soir, on entendait rugir les lions. L’expérience en tente était vraiment authentique, avec l’impression d’être au cœur même de la savane, au plus près des animaux. Les repas préparés par le cuisinier sont vraiment bons, copieux et variés. Une journée type de safari commence à 5h45 et se termine vers 18h à la nuit tombée. On conduit presque tout le temps. On revient au camp de base pour manger ou on pique-nique sur place dans des endroits aménagés. C’est principalement que de l’observation à distance mais les animaux sont quand même assez proches. J’ai utilisé un objectif 70-300 et voyez par vous-même, les photos sont quand même assez bien. Prévoyez aussi des vêtements chauds si vous dormez en tente, les nuits sont assez fraîches. Le dernier jour, nous sommes allés au cratère du Ngorongoro. Les paysages sont époustouflants. Autour du cratère, une végétation luxuriante avec des singes dans la jungle. À l’intérieur, une étendue désertique où observer des troupeaux entiers de buffles, gnous, zèbres, gazelles… C’est aussi un ancien volcan qui abrite une espèce rare de rhinocéros noir. L’expérience de ces trois jours et deux nuits était magique. J’ai réalisé un de mes plus grands rêves : observer les animaux de la savane dans leur habitat naturel. J’ai vu une quantité impressionnante d’animaux. L’expérience avec Edward était parfaite. Mon guide parlait français, il était passionné et investi dans ses explications, ce qui a rendu le moment encore plus inoubliable. Sur le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés sur un point de vue pour observer le Lac Manyara. Nous avons aussi visité un village Maasaï. Si on vous le propose, je ne vous le conseille pas du tout. Je parle plus bas de mon immersion en village Maasaï lors de mon séjour à Morogoro qui était réellement authentique. Ici, on reste 30 petites minutes, les locaux nous attendent et parlent anglais. On nous fait sauter, chanter tout en se moquant gentiment de nous. On nous déguise, nous montre comment faire du feu avec deux morceaux de bois. Nous rentrons dans une des maisons, allons dire bonjour aux enfants. Puis c’est la fin, avec passage par l’atelier « souvenir » pour soutenir le village. Bref, ultra touristique. C’était une expérience plus gênante qu’un réel échange.

Vous pouvez combiner ces quelques jours avec Tarangire, un parc avec des baobabs à perte de vue et la plus grande concentration d’éléphants du pays.

Big 5 : lion, léopard, buffle, éléphant, rhinocéros.

Ugly 5 : hyène, vautour, gnou, phacochère, marabout (espèce d’oiseau).

J’ai passé la dernière nuit à Arusha au Mazzola Safari House & Backpacking. Une chambre, c’est 16 euros. L’hôte est un jeune Tanzanien très accueillant, vraiment intéressant. J’ai eu plaisir à partager avec lui une discussion sur la terrasse de sa maison, je recommande l’endroit. Le lendemain matin, il m’a déposé à la station de bus où j’ai acheté mes billets pour Morogoro. N’hésitez pas à demander ce genre de service. Les Tanzaniens sont toujours prêts à aider, moyennant un petit billet en plus. Le départ se fait à 6h45 et l’arrivée à 18h environ. Il m’a couté 13 euros en classe « affaire ». Les sièges sont juste un peu plus confortables.

Pour contacter le guide : https://nyandasafaris.com ou par WhatsApp, il est très réactif : + 255 621 705 148. N’hésitez pas à demander Malaki. Il parle français et est très passionné par son métier.

Jour 4 à 7 : Morogoro

Pour mon séjour à Morogoro, situé au centre de la Tanzanie, j’ai choisi d’aller chez Fanny et Ibra, un couple franco tanzanien. À mon arrivée, Fanny avait arrangé un tuk tuk qui nous a amenés chez eux en une vingtaine de minutes. J’y suis restée trois jours. C’était une expérience formidable. Ils proposent des activités afin de vous faire découvrir leur belle région. J’ai choisi une formule avec petit déjeuner et dîner compris où j’ai pu partager leur quotidien avec leurs adorables enfants qui parlent déjà trois langues… Le premier jour, nous sommes allés visiter le village Maasaï où a grandit Ibra, situé à une heure trente de route. On y passe la journée avec possibilité de dormir sur place. Le deuxième jour, on a fait une randonnée dans les montagnes Uluguru alentours. Ils proposent plusieurs sentiers différents, on a opté pour une ballade de 7h30 autour des cascades. On est accompagné d’un guide, on mange dans les montagnes chez l’habitant. Le repas est délicieux, on repart avec des fraises des bois qui proviennent directement des champs. Le troisième jour, Ibra nous emmène visiter le parc national de Mikumi pour compléter la première aventure safari. Le départ se fait à 5h, et le retour vers 17-18h. Il faut compter deux heures de route. Ce serait dommage d’aller en Tanzanie sans s’arrêter chez Fanny & Ibra. Non seulement leur accueil vaut le détour à lui seul mais le cadre est aussi magnifique. Je me souviens encore des petits-déjeuners partagés en terrasse avec les autres invités, des après-midi piscine avec les enfants ou encore des soirées à regarder le coucher du soleil et bavarder.

Mon immersion chez les Maasaï :

Une journée riche en émotions. Nous sommes arrivés à Parakuyo, village où a grandit Ibra, situé à 1h30 de leur maison. Nous avions acheté des jouets pour les enfants dans un magasin en ville. On avait apporté du vernis, activité qui a eu beaucoup de succès auprès des femmes et des enfants. On passe la journée à jouer au foot avec les enfants, à essayer d’en apprendre d’avantage sur leur culture. Heureusement, Ibra est là pour traduire car personne ici ne parle anglais. Les femmes sont gentilles, bienveillantes, elles nous invitent à rester dormir, nous font fabriquer des petits bracelets de perle. Le midi, j’aide à préparer l’Ougali, leur repas traditionnel composé de farine et d’eau (ça ressemble en fait à une polenta qu’ils accompagnent d’une sauce à la tomate et au chou). Ibra nous emmène aussi voir le « médecin » du village qui n’est autre qu’un arbre avec lequel ils soignent pratiquement tout. Ils utilisent par exemple les branches qu’ils mastiquent en guise de brosse à dent. Leur maison est construite en terre et excréments de vache. Le toit est fait avec des feuilles de palmier. Ils dorment à plusieurs sur des peaux de vache. L’intérieur est très sombre et ils font un feu pour cuisiner. Ils ont ni l’eau ni l’électricité.

Ici, les hommes sont polygames. Ils peuvent avoir jusqu’à dix femmes et en moyenne 4-5 enfants par femme. Les femmes n’ont pas le droit d’avoir plusieurs partenaires officiellement. Pourtant, si leur mari décide d’inviter un copain, elles doivent s’y soumettre et à elles seules incombe la responsabilité de ne pas tomber enceinte et donc de refuser si elles pensent être dans un mauvais timing. On pratique encore l’excision afin de supprimer le désir féminin. Les femmes s’occupent des enfants, préparent à manger. Entre elles, aucune jalousie. Au contraire, elles développent une certaine entraide et amitié. Les hommes s’occupent du bétail mais, la plupart du temps, ils sont surtout allonger à ne rien faire. Chaque soir, ils décident où ils veulent passer la nuit. Ici, l’homosexualité est très mal vue. Le bétail est la chose la plus importante pour eux et plus leurs enfants sont nombreux, plus leurs mariages leurs rapporteront des vaches et donc de la richesse.

Pour en connaître plus sur cette tribu (la Tanzanie en compte d’ailleurs plus de 120 différentes), je vous conseille de regarder le reportage du Ptit Reporter que vous trouverez sur YouTube. Voici l’article de son blog.

Jour 8 : Dar es Salam

J’ai pris un bus de Morogoro où Ibra nous avait conduit jusqu’à Dar (les départs se font régulièrement et le trajet coûte une dizaine d’euros). À Dar, Ibra nous avait donné le contact d’un de ses amis taxi pour nous conduire à l’hôtel. Visiblement, il ne faut pas trop faire confiance aux taxis là-bas. Il y a déjà eu plusieurs affaires de vol. Journée transfert à Dar pour prendre le ferry direction Zanzibar.

Généralités :

Choisir son safari : Les parcs du Nord (Serengeti, Ngorongoro, Tarangire, Manyara) sont les plus connus, les plus touristiques et donc les plus chers. Contrairement à l’Afrique du Sud où il est possible d’organiser son safari seul, sans guide, en payant directement l’entrée du parc ; en Tanzanie, il n’est pas possible de le faire. Sur le groupe Facebook Voyageurs en Tanzanie, vous trouverez de nombreux contacts de guide. Ils ne sont pas indépendants mais travaillent pour des agences, vous ne savez juste pas lesquelles. Il peut vous être demandé d’avancer une partie des frais liés au safari en effectuant un virement via Western Union. De ce fait, je vous conseille de bien vous renseigner quitte à partir avec un guide qui vous a été conseillé, comme ça, pas de surprises. Pour ma part, j’ai du virer la totalité de l’argent à Edward via Western Union quelques jours avant mon arrivée. Pour un safari à moindre coût, pensez à demander d’intégrer un groupe déjà formé, privilégiez la formule en tente, regardez les parcs du centre de la Tanzanie (Mikumi, Saadani, Ruaha, réserve nationale de Selou etc). Enfin, les parcs du Sud sont quand même assez prisés parce qu’ils permettent l’observation de chimpanzés (à Gombe par exemple).

Vaccins : L’hépatite A & la fièvre jaune sont fortement conseillés mais non obligatoires. Le traitement antipaludéen est aussi fortement recommandé. Prenez rendez-vous dans un centre de vaccinations internationales, ils sauront vous conseiller au mieux.

Budget pour trois semaines en Tanzanie et à Zanzibar :

  • Safari : Pour 3jours/2nuits à Serengeti & Ngorongoro, j’ai payé 600 euros. J’ai dormi en tente. Le prix est aussi plus bas lorsque vous intégrez un groupe déjà formé. Ajoutez à cela le pourboire pour le chauffeur-guide & le cuisinier (15-20 $/jour). Tout dépend la formule que vous choisirez (le type d’hébergement etc), mais les prix chiffrent très vite. Étant parti au mois d’octobre 2020, les prix avaient considérablement chutés en raison de la crise sanitaire lié au COVID. Je pense que la prestation est plutôt à hauteur de 1000 / 1200 euros généralement pour ces parcs là. Pour le safari d’une journée à Mikumi, j’ai payé 160 euros (nous étions deux et les prix diminuent en fonction du nombre de participants) en passant par Fanny et Ibra ; incluant entrée du parc et repas au restaurant. Total : 760 euros pour 4 jours et 3 parcs.
  • Hébergement : 16 euros à Arusha ; 106 euros pour 4 nuits chez Fanny & Ibra (petit-déjeuner et dîner inclus) ; 35 euros la nuit à Dar, 185 euros pour le premier hébergement à Zanzibar (Jambiani), 272 euros pour celui à Matemwe et 73 euros l’hôtel à Stone Town. Total : 687 euros soit 343 euros par personne.
  • Déplacement : 25 euros Arusha-Morogoro, 8 euros Morogoro-Dar (environ 4-5h de bus), 30 $ le ferry, un trajet en taxi coûte approximativement 30$ à Zanzibar. Total : environ 200 euros/personne.
  • Nourriture : un repas coûte entre 5 et 25 euros selon les endroits et les produits choisis. Total : environ 400 euros.
  • Activité : Visite d’un village Maasaï 70euros/personne en passant par Fanny et Ibra ; randonnée 20 euros par personne ; journée bateau 50 euros ; quad 60 euros ; plongée 125 euros ; cheval 60 euros. Total : 385 euros.
  • Vaccins : 74 euros pour la fièvre jaune, 63 euros pour l’hépatite A (à faire deux fois 10 jours avant le départ minimum et après le retour) et 25 euros de consultation. Atovaquone / Proguanil EG (générique pour le palu ; 12 comprimés par boîte, 7 euros la boîte) & répulsif moustique pour peau et vêtements : 32 euros. Total : 257 euros. Certaines mutuelles prennent en charge une partie des vaccins internationaux.
  • Billet d’avion : 420 euros pour l’allée Paris-Kilimandjaro, 490 euros pour le retour Stone Town (Zanzibar)-Paris.
  • Visa : 50 euros.
  • Total : environ 3000 euros pour trois semaines.

Vol : J’ai choisi la compagnie Qatar Airways. Je recommande de faire un test COVID 72h avant. Il est demandé la plupart du temps. Nous nous sommes également fait tester en rentrant le 6 novembre à l’aéroport de Paris. Étant rentrée en plein confinement, il n’y avait pas beaucoup de monde et l’attente a été de très courte durée.

Safety : Respectez quelques règles : ne pas montrer de signe ostentatoire de richesse (bijoux), avoir des vêtements couvrants en dehors des plages (la plupart des Tanzaniens à Zanzibar sont musulmans).

À ne pas oublier dans sa valise :

  • Spray anti-moustique contenant au minimum 50% de DEET. (Type insecteran peau, biovectrol ou repel insect).
  • Un pantalon long, chemise manche longue pour les moustiques le soir. Pensez aux couleurs neutres et claires pour ne pas perturber les animaux et éviter d’attirer les moustiques. Prévoyez aussi des vêtements chauds, il fait quand même frais le matin.
  • Casquette, lunettes, crème solaire.
  • Une paire de jumelle.
  • Lampe frontale.
  • Une petite trousse à pharmacie avec le nécessaire (dont smecta au cas où la tourista ferait surface).
  • Des cahiers, des stylos, d’anciens vêtements enfin n’importe quoi à donner aux enfants dans les villages traditionnels.
  • Masque, tuba pour plonger à Zanzibar.
  • Prise internationale, batterie externe.

Décalage horaire : Une heure de plus en Tanzanie à l’heure d’été. Deux heures en plus à l’heure d’hiver.

Argent : retirez en conséquence car la CB est très peu utilisée. Avoir déjà 50 dollars en liquide pour payer le visa à l’aéroport (n’importe quelle devise). Pensez à imprimer des photocopies de votre passeport et papiers importants (gardez aussi des copies sur vos téléphones).

Déplacement : J’ai préféré privilégier les déplacements en bus (compagnie ABOOD) car la location de voiture n’est pas rentable lorsque l’on veut faire un safari (sachant qu’on utilise le 4*4 des rangers).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s